EtDroopy, la plus célébre création de TexAvery l'homme devint un toon

(retour accueil)

 

 

Une des motivations qui préside à la création d'une série télévisée est l'appât du gain. Les directeurs d'antenne attendent des programmes qui leurs assurent une forte audience donc de forts gains publicitaires. Mais comment savoir à l'avance si le programme que l'on propose a des chances de plaire au public. Une des solutions pour éviter l'incertitude liée à un programme totalement inovant consiste a adapter pour le petit écran des histoires qui ont eut du succès sur d'autres supports (adaptation de livres, de BD, de films). Dans le cas de Parker Lewis il s'agit de l'adaptation du carton cinéma de l'été 1986 : La folle journée de Ferris Bueller (FMatthew Broderick en Ferris Bueller, l'inspirateur de Parker Lewiserris Bueller's day off). Le film de John Hughes contait l'histoire d'un lycéen cool (interprété par le teenage acteur à la mode : Matthew Broderick (ci-contre) qui venait de triompher dans War Games et d'avoir la chance de tourner aux cotés de Michelle Pfeiffer dans Ladyhawke) qui décide de sécher une journée de cour avec son meilleur ami et sa petite amie. Mais le proviseur ne l'entend pas de cette oreille. Il s'ensuit donc une partie ce "cache-cache" entre Ferris et les "autorités".
Mais Ferris Bueller était difficilement adaptable tel quel comme le démontra la première adaptation du film en série en 1990. Il ne fut tourné que 13 épisodes. On y trouvait pourtant Jennifer Aniston qui fit plus tard les beaux jours de Friends (son nez était encore d'origine, ceci explique peut-être le non succés de cette première adaptation). En effet le format choisi : les 23 minutes d'une Sitcom nécessitait des modifications. LLe génial Tex Averye film ne brillait pas l'humour par splastick et les gags énormes. C'était plus un film qui reposait plus sur l'ambiance et l'humour léger. Dans une sitcom la règle est d'un gag toutes les trois secondes. Il convenait donc d'apporter des modifications à Ferris. L'obligation de faire tomber les gags à la chaîne oblige à recourir aux gags visuels, au non-sens, aux gags verbaux, bref à faire feu de tout bois. Il fallait donc changer sinon le fond du moins la forme qui avait prévalue dans le film.
Qui s'est alors souvenu de la phrase de Tex Avery (ci-contre) "Nous avons découvert très tôt que si on faisait quelque chose avec un personnage humain ou animal, qui ne pouvait pas arriver dans la vie, on avait un éclat de rire garanti.". L'histoire ne le dit pas (elle ne dit même pas si quelqu'un s'est souvenu de cette phrase), mais les créateurs de Parker Lewis avaient trouvésla solution pour faire passer Ferris Bueller du cinéma à une sitcom. L'équipe étant constituée de jeunes gens enthousiastes travaillants dans la mouvance créative spielbergienne, les difficultés qu'il pouvait y avoir à transposer en réel l'univers délirant de Tex Avery furent sans doutes vécues comme des défis. Mais ces jeunes gens avaient un atout avec eux : Les effets spéciaux. Non pas ceux nécKubiac, ça va faire malessitants des ordinateurs sophistiqués que l'on peut voir aujourd'hui dans toute production un peu fantastique, mais les bidouillage à la Roger Corman ou à la Star Wars( la poursuite en motospeeder du Jedi résulte d'une simple balade en forêt filmée de manière très lente par une caméra).
Bien avant Ally McBeal ils décidèrent donc de jouer avec l'image et la musique. Ils le firent certes de manière artisanale mais le résultat reste encore aujourd'hui très efficace. Cela demandait de la réflexion pour trouver le truc qui permettrait dMusso vient d'ouvrir sa portee faire avancer Jerry sur un nuage, de faire exploser la porte de Musso. Mais avec un bon travail de montage et une utilisation appropriée d'effets sonores on obtient des trucages tout à fait acceptables. Ainsi les cadrages ci-contres, issus d'images arrêtées, donnent facilement une idée de ce que voulaient faire passer les auteurs. Kubiac va démolir le personne qui se tient à la place de la caméra. Les garçons viennent d'être repoussé par l'énergie que dégage Musso en sortant de son bureau.
L'autre particularité des auteurs était leur très grande cinéphilie. Ainsi n'hésitèrent-ils jamais à faire références à des films particuliers ou à des genres. Quand pour éviter Musso Parker et Mikey demandent à Jerry de sortir le périscope de son pardessus high-tech, on passe tout de suite dans un film de sous marin par le bruitage, la manière de filmer quelqu'un tenant un périscope ou l'angoisse face à la prochaine interception. Lles auteurs dévident logiquement leurs références : Jerry lance Le non-sens de Tex Averydes contres-mesures qui se révèlent être deux chippendals sortant des casiers. Il faut au moins cela pour intercepter une Musso lancée à vive allure!
Étant des héros de dessins-animés Parker et ses amis perdent un peu d'humanité pour nous être présenté dans un premier temps comme des archétypes : L'intello timide, le mec cool qui s'en sort toujours, le rebelle, la grosse brute, le léche-botte sournois. Au fur et à mesure des épisAutre exemple du talent de Tex Averyoides les personnages s'étofferont et gagneront en humanité ce qu'ils perdront de toonesque.

 

Saison 1 : Au lycée Santo Domingo dont l'emblème est le flamand rose les élèves vivent dans un monde qui semble obéir aux règles du dessin animé. Ainsi l'intello de service est tellement génial qu'il possède un pardessus dont on peut tirer absolument tout comme avec les sacs des toons. Le mec cool ne se fait jamais prendre par la principale car il possède un répertoire d'excuses qui pour surréalistes qu'elles puissent être réussissent a convaincre Musso. La première saison est clairement délirante. Les histoires sont des prétextes à accumuler le plus de gags visuels. On baigne dans un univers où tout peut arriver comme dans les dessins-animés de Tex Avery. Mais grace à leur indéfectible amitié Parker, Mikey et Jerry réussissent à transcender les dessins animés.

Shelly dans l'épisode 51Saison 2 : La saison deux s'éloigne tout doucement du ton débridé des débuts. Les épisodes se font plus thématiques. De plus une certaine continuité se met en place dans le traitement des personnages. Parker a une petite amie régulière, Jerry & Shelly nous la joue Harry & Sally et Mikey s'investit de plus en plus à l'Atlas Diner en tant que serveur. L'Atlas est d'ailleurs de plus en plus présent dans les épisodes. Avant nous avions 3 zigotos qui faisaient les 400 coups. Nous avons désormais 3 amis qui vivent avec humour les mille et uns tracas de la vie de lycéen. Kubiac cesse peut à peut d'être une sorte d'ogre pour se mettre à parler, avoir une petite amie et surtout débarrasser Santo Domingo de Don Yemano.Une des scène mettant en avant la guéguerre que se livre Parker et Shelly dans la première saison

Saison 3 : Révolution dans la série. Le titre change. Il passe de Parker Lewis ne perd jamais à Parker Lewis. C'est une sorte de révolution copernicienne pour la série. En effet le qualificatif "ne perd jamais" renvoyait au coté toonesque. Comme un toon ne meurt jamais même après des chutes vertigineuses, après l'explosion de dynamites à bout portant, Parker Lewis devait toujours s'en sortir. Le changement de titre signifie donc une réorientation de la série vers un ton plus doux-amer et moins comique qu'avant. D'ailleurs l'entame de cette troisième saison se fait en plein été (en juillet) au lieu d'attendre la rentrée. La série s'intéressant à la vie d'adolescents nous les retrouvons donc durant leurs vacances en train de glander dans un parc. Dès le premier épisode Parker décide de renoncer à ses chemise et à sa coiffure volumineuse. Le pardessus de Jerry perd lui aussi toutes ses options. Durant 6 épisodes nous allons rester au parc où si rien ne se passe on s'habitue assez facilement au nouveau ton de la série grace à un décors différent. La transition n'est donc trop brutale.
Malgré ces changements la série n'en abandonne pas l'humour. Mais celui-ci est plus "intellectuel" et moins toonesque. Qui aurait pu au vu de la première saison penser qu'on pouvait rendre hommage au peintre Edward Hopper. Mais il semblerait que le public n'ait pas grandit aussi vite que les personnages. Cette troisième saison sera donc la dernière. Ce n'est pas la plus innovante mais elle restera comme la plus nostalgique. Comme si les créateurs se remémoraient leur derniè"Friends"re année de lycée. La dernière année d'innocence avant le grand saut dans la vie active ou à la fac.

Parker Lewis restera comme un météor dans le paysage télévisuel des années 90. Clyde Philipps et Lon Diamond réussirent leur pari fou de faire des toons de chaire et d'os. Peu copié faute de talents (même si C'est pas ma faute - Maybe it's me s'en approche un peu), Parker Lewis est sans doute l'un des inspirateurs d'Ally McBeal qui elle aussi met en scène, mais avec des moyens technologiques supérieurs, des personnages et des situations quelque peu toonesque. Les redifusions de Parker Lewis tiennent encore le coup dix ans après alors que nombres de sitcoms de cette époque ne sont quasiment plus regardables. Comme les dessins animés de Tex Avery Parker Lewis a réussit a développer un humour intemporel. Ce n'est pas mal pour une vulgaire série télévisée.
Mais ce qui reste par dessus tout dans le souvenir des gens qui ont vu Parker Lewisc'est la place très importante qui est faite à l'amitié. Parker et ses acolytes restent donc dans nos mémoires comme nos autres amis des années lycée.

(haut)